SEARCH THE SITE / RECHERCHER SUR TOUT LE SITE

Shi joo Shi Su Yun

551611_382764951745151_1997877574_nShi joo Shi Su Yun était un moine Shaolin qui maîtrisait autant les aspects académiques (wen) que martiaux (wu) de Shaolin. En tant que bouddhiste, Shi Su Yun était extrêmement humble. Il n’essayait jamais d’imposer son autorité et n’était aucunement attaché au gain matériel. Même pendant ses dernières années, lorsque Shaolin avait retrouvé sa prospérité, Shi Su Yun vivait dans une chambre minuscule et toute simple du temple, jusqu’à son décès en 1999.

En tant que combattant, Shi Su Yun était connu pour son Xiao Hong Quan et Tongzigong (exercices d’enfant). Shi Su Yun a défendu le nom du temple à de multiples reprises. Lors d’un de ses combats célèbres, il affronta un grand groupe d’adversaires japonais. Shi Su Yun releva le défi à lui seul, les battit un par un et maintint la réputation de Shaolin. Même septuagénaire, Shi Su Yun pratiquait le Tongzigong et préférait toujours s’asseoir en position de lotus.

Selon Shi De Cheng, Shi Su Yun fut un maître très exigeant. « On ne pratiquait pas le mabu (position du cavalier) comme aujourd’hui », se souvient Shi De Cheng. « Ce n’était pas une progression par étapes où on pouvait commencer par trois minutes pour augmenter à cinq et ensuite à dix minutes. Si on vous demandait de vous placer en mabu, vous restiez simplement dans cette position pour la durée complète. C’était très dur. » Malgré son enseignement rigoureux, Shi Su Yun était suivi par plusieurs étudiants dévoués. On vivait et s’entraînait ensemble dans le temple Shaolin. La vie était plus simple à cette époque.

Top